La phonétique, partie 2

Tel qu’annoncé la semaine dernière, cette semaine nous terminons le tour des voyelles en phonétique en parlant plus précisément du E et du U. C’est parti!

Dans la première partie de ces billets sur la phonétique nous avons vu que les O pouvaient être ouverts ou fermés, les A avaient la possibilité d’être antérieurs (« ouverts ») ou postérieurs (« fermés »).

Les E, quant à eux, peuvent aussi être ouverts ou fermés, et il en existe quatre types en phonétique.

Le É (fermé) ;
le È (ouvert) ;
le E « sonore » ;
le E muet.

Exemple utilisant les quatre types de E : Je suis étudiante et j’aime ça!

« Je » est un bon exemple d’un E sonore. Lorsqu’on prononce « je », on entend parfaitement le E, contrairement à « étudiante » ou, lorsqu’on le dit à voix haute, le E final s’efface et le mot se termine par le son T. Essayez, vous verrez! Finalement, on retrouve le son È dans le « j’aime » de la fin.

En phonétique nous écrivons ces quatre E de cette manière :

Je = ə
Étudiante = e / (ə)
J’aime = ɛ

En ce qui concerne le U, son symbole phonétique est « y », et on utilise le symbole « u » pour représenter le son « ou ».

Vous remarquerez cependant que les U présents dans les mots ne se prononcent pas toujours de la même façon. C’est ce qui fait la différence entre « jus » et « pur » par exemple. (N’ayez pas peur de les prononcer à haute voix, vous verrez!) Par contre, on ne parle pas d’ouverture de voyelle pour le U, et ces deux « types » se représentent de la même façon, soit avec le symbole « y ».

Ex : tu = ty
Ex : pur = pyR
Ex : pour = puR

Ainsi, vous pouvez remarquer que, de manière générale, les voyelles peuvent être ouvertes ou fermées. Nous reviendrons dans une prochaine capsule sur le concept d’ouverture. Maintenant que nous avons fait le tour des voyelles, il reste à voir les sons nasaux, c’est-à-dire ceux se retrouvant gras dans ce paragraphe. Bonne semaine!

Améliorez votre prononciationAméliorez votre prononciation

Si vous voulez en apprendre plus sur la prononciation, je vous conseille de jeter un coup d’œil au livre de Jacques Laurin, « Améliorez votre prononciation pour mieux communiquer », duquel j’ai tiré quelques informations pour la rédaction de ce billet.

En savoir plus sur le livre.