La phonétique, partie 1

Cette semaine, nous débutons une nouvelle série de capsules traitant de la phonétique. C’est parti!

En phonétique, on appelle les sons présents dans les mots des phonèmes.

Par exemple, un mot court comme « géant » contient trois phonèmes : J-É-AN.

Vous constaterez que le nombre de lettres ou de syllabes dans un mot ne correspond pas toujours au nombre de phonèmes qu’il contient.

Dans cet exemple je n’ai pas utilisé l’alphabet phonétique mais sachez que l’on écrit les phonèmes avec un alphabet particulier. C’est celui qu’on retrouve entre crochets avant les définitions dans le dictionnaire.

Pour commencer cette série de billets, voyons les voyelles A, O et I. Chacune d’elles peut revêtir plusieurs identités sonores.

Je m’explique.

La voyelle A peut être antérieure ou postérieure. C’est ce qui fait la différence entre l’utilisation du A dans un mot comme « papa » et « repas ». Dans le premier cas, la voyelle est antérieure, tandis que dans le second elle est postérieure.

Le A antérieur s’écrit « a » en phonétique, tandis que le A postérieur s’écrit « ? ». Ainsi, pour écrire phonétiquement « papa », on fera [papa] tandis que « repas » s’écrit [r(?)p?]. L’usage des parenthèses entourant le E signifie que l’on ne le prononce, la plupart du temps, pas.  Ex : Un bon r’pa. (Vous voyez le genre).

De la même manière, la voyelle O peut être ouverte ou fermée. Lorsque j’étais plus jeune, il m’arrivait de trouver que certains O qu’on prononce parfois ont un son de A. Ce sont les O ouverts. Les O fermés, eux, se prononcent O.

Ex : « Porte » et « Gros ».

Amusez-vous à les lire à haute voix. Vous comprenez ce que je veux dire par un O-A? Lorsqu’on dit « porte », on prononce un A très postérieur (beaucoup plus que dans le « repas » de tantôt), mais ce son n’est pas un O. On l’appelle donc un O ouvert.

En phonétique le O ouvert s’écrit « ? » tandis que le O fermé est identifié par « o ».

« Porte » s’écrit donc [p?rt] tandis que « gros » s’écrit [gro].

Le son I est toujours le même. Que ce soit dans « île », « judiciaire », « système », « policier », « vêtir », « cil », etc. on le prononce toujours de la même façon. En phonétique, on écrit le son I avec un I.

Par contre, vous pouvez remarquer dans les exemples que j’ai mis en gras plus haut, que ceux-ci comportent deux I. Un « vrai » I, soit le premier : jud-i-ciaire et pol-i-cier, et un faux I, c’est-à-dire le second : judic-i-aire, polic-i-er. J’entends par « un faux I », que c’en est un qui se prononce tel un J (comme dans « fajitas », pas un « vrai J »). (Ou un Y, si vous préférez!)

Dites-les à haute voix, vous verrez!

Vous voyez?

Ces I particuliers s’écrivent J en phonétique.

Ainsi, on écrit « judiciaire » [?ydisj?r] et « policier » [p?lisje].

Voilà, c’est déjà tout pour aujourd’hui. La semaine prochaine on finit le tour de la prononciation des voyelles en parlant du E et du U.

Je vous souhaite une bonne semaine!

Améliorez votre prononciationAméliorez votre prononciation

Si vous voulez en apprendre plus sur la prononciation, je vous conseille de jeter un coup d’œil au livre de Jacques Laurin, « Améliorez votre prononciation pour mieux communiquer », duquel j’ai tiré quelques informations pour la rédaction de ce billet.

En savoir plus sur le livre.

Etiquettes

A propos de l'auteur

Jade

Jade

Étudiante en Littérature française à l’UdeM, Jade est passionnée d’écriture. Depuis 2010, elle est jeune journaliste pour le Forum Jeunesse de la Vallée du Haut-Saint-Laurent.