Comment sont nés les romans d’amour ?

Qui n’aime pas se plonger à l’occasion dans un grand roman d’amour ? Depuis l’Antiquité, c’est ce genre qui reste le plus populaire parmi tous les types de romans. À l’occasion de la Saint-Valentin, nous avons décidé de vous raconter l’histoire du roman d’amour, depuis ses origines.

Les premiers récits amoureux à l’Antiquité

Bien qu’à l’Antiquité le terme « roman » ne fût pas encore utilisé, c’est à cette époque que nous trouvons les premières histoires d’amour. Dans ce qu’on appelle aujourd’hui le « roman grec », le thème commun est toujours l’amour contrarié. Deux amoureux sont séparés avant ou peu après leur mariage et devront traverser plusieurs complications (allant de rivalités amoureuses à naufrage ou enlèvement) avant de se retrouver pour faire triompher l’amour.

Le roman courtois du Moyen Âge

Au Moyen Âge, c’est l’amour courtois qui devient la norme dans la littérature amoureuse. Il met en scène des chevaliers qui combattent pour leur dame. L’amour courtois était la façon réglementée de séduire une femme de qualité sans l’offenser et en récitant de la poésie. Les femmes étant généralement de classe sociale supérieure à leurs prétendants, ceux-ci devaient faire tout en leur pouvoir pour témoigner leur amour à leur belle, en commençant par atteindre le statut de chevalier. Contrairement aux récits de l’Antiquité, il était moins question de mariage dans les romans courtois, mais plutôt de séduction.

Les premiers modèles modernes : La princesse de Clèves et Paméla

Si plusieurs considèrent La Princesse de Clèves de Madame de La Fayette (1678) comme le premier véritable roman sentimental, d’autres pensent que les bases du roman d’amour tel qu’on le connaît aujourd’hui viennent plutôt de Paméla ou la Vertu récompensée, un roman épistolaire de Samuel Richardson. Publié en 1740, Paméla a obtenu le succès le plus rapide de l’époque, devenant ainsi le premier best-seller de l’histoire. Richardson aurait été l’un des premiers à utiliser le modèle rencontre-conflit-triomphe de l’amour tel qu’on le connaît aujourd’hui. Ses récits ont d’ailleurs grandement inspiré Jane Austen, qui en critiquait certains éléments, mais s’y référait apparemment toujours avant l’écriture d’un nouveau roman.

Barbara Cartland et Danielle Steel

Barbara Cartland est certainement l’une des auteures de romans d’amour ayant eu le plus de succès au XXe siècle, avec des millions d’exemplaires vendus et même quelques titres dans le Livre Guinness des records. En effet, tout au long de sa vie, elle a publié plus de 700 romans, traduits en une trentaine de langues.

Avec 800 millions d’exemplaires vendus à travers le monde, l’Américaine Danielle Steel, souvent citée comme l’auteure encore vivante vendant le plus de livres, est la quatrième vendeuse de tous les temps. En 2007, elle était notamment l’auteure la plus traduite du monde derrière Barbara Cartland, mais devant Stephen King. Tout comme Cartland, elle est devenue une spécialiste du roman d’amour.

La collection Harlequin

Mais les plus connus des romans d’amour (au sens le plus classique du terme) restent les romans de la maison d’édition Harlequin, fondée à Toronto en 1949. Bien que l’éditeur ait publié de tous les genres de romans avant de se consacrer exclusivement aux romans d’amour, ce sont ceux-ci qui ont fait sa renommée et qui ont contribué à l’implantation de l’entreprise en France et à sa diffusion dans plus de 110 pays.

Finalement, depuis le milieu des années 1990, c’est la chick lit qui est devenue le roman d’amour le plus populaire. Qu’est-ce que la chick lit ? Rendez-vous sur ce blogue dès vendredi pour un petit cours sur le sujet.